AS Saint-Mandé, l’amour aveugle du ballon rond

Des athlètes « extra-ordinaires » ? Les joueurs de l’équipe de cécifoot de Saint-Mandé font l’étalage de leurs qualités techniques malgré un bandeau qui leur obscurci les yeux. Un moyen pour eux de se libérer momentanément du handicap et de s’épanouir dans leur vie. Rencontre lors d’un entraînement à Bezons.

En ce début mai, le temps est capricieux au dessus de la région parisienne. Un endroit semble pourtant échapper à la morosité ambiante : l’Urban Five de Bezons. Lorsque l’on pousse la porte de l’établissement sportif, l’atmosphère cosy est rythmée par le bruit des balles et des exclamations peu communes reviennent avec insistance : « Voy, voy, voy, voy… ». Ces cris brefs et continus proviennent d’un petit terrain – le  »Pelé » – à l’écart des autres. À l’intérieur, une poignée de joueurs s’entraînent avec application. Maillots sur le dos, crampons aux pieds et grands sourire aux lèvres, ces sportifs s’apparentent à bon nombre de footballeurs. Pourtant, Yvan, Atar, Vignesh, Tidiane et Hacène sont déficients visuels. Accompagnés du gardien Benjamin, de leur guide Loïc et de deux autres bénévoles, ils forment l’équipe de cécifoot de Saint-Mandé.

Sur le terrain, l’intensité est de mise et la sueur ne tarde pas à faire son apparition sur les maillots aux couleurs dépareillées. Les exercices avec et sans ballon s’enchaînent. Un joueur se démarque des autres. Buste légèrement incliné en avant, Yvan Wouandji possède une facilité balle au pied et une rapidité d’exécution qui détonne. « Il a une sacrée qualité technique » laisse échapper le guide Loïc, admiratif. Affublé de son numéro 11, Yvan fait figure de star à Saint-Mandé. À 26 ans, le franco-camerounais possède un beau palmarès avec un titre de champion d’Europe en 2011 et de vice-champion paralympique avec l’équipe de France en 2012.

Le cécifoot, un autre football

« Le cécifoot, c’est du football à cinq adapté aux déficients visuels » nous explique Yvan Wouandji. Cette discipline est pratiquée sur un petit terrain entouré de panneaux, pour éviter que le ballon à grelots et les joueurs ne sortent. Ces derniers sont équipés d’un bandeau sur les yeux afin de
« préserver l’équité », à l’exception du gardien qui est l’unique joueur valide. Yvan souligne le fait qu’au cécifoot la communication est essentielle. « Sur le terrain, comme on ne se voit pas, on parle beaucoup. Il y a plusieurs codes : « j’ai » quand on a la balle, « passé » ou encore « voy » lorsqu’on n’est pas porteur de la balle. Cela nous permet de comprendre ce qui se passe sur le terrain. »

Ces annonces régulières de la part des joueurs et le bruit continu des grelots du ballon rendent l’entraînement très bruyant. Il faut ajouter à ce brouhaha ambiant le guide qui donne ses instructions depuis la cage du gardien : « 12, 10, 9… axe, axe… tir ! ». Le rôle de guide est propre au cécifoot. Sa mission consiste à indiquer la position de l’attaquant pour qu’il puisse visualiser le but. À Saint- Mandé, le poste est occupé par Loïc, un étudiant, extrêmement jovial, « à la voix qui porte ».

Comme tous les membres du club, Loïc est bénévole. Le jeune homme est tombé dans le cécifoot au hasard d’une rencontre avec Yvan Wouandji, lors d’un match de l’équipe de basket de Nanterre. Loïc se laisse convaincre et teste le cécifoot au poste de gardien, puis de guide. Passionné de basket, le cécifoot lui était alors inconnu. « Je n’avais jamais mis les pieds dans un five avant ma rencontre avec Yvan » s’amuse Loïc.

Autonomie, entraide… des moyens d’oublier le handicap

À Saint-Mandé tout gravite autour d’Yvan. Aux manettes de l’entraînement ce matin, il ne manque jamais de conseiller et d’encourager ses coéquipiers. Comme par exemple avec le jeune Atar, 16 ans, qui a un peu plus de mal aujourd’hui « à se signaler et à frapper ». Yvan s’occupe également de promouvoir le cécifoot dans les médias et auprès du grand public. Avec ses coéquipiers, ils mènent des actions de sensibilisation dans les écoles, les associations et les entreprises. « On essaie d’être des ambassadeurs de notre cause à notre niveau » confie Yvan. Il retire son bandeau et son ton devient un peu plus grave : « On veut que les gens nous jugent sur ce que l’on fait et non sur ce que l’on a… On veut faire changer le regard sur le handicap et faire comprendre au grand public que l’on vit comme tout le monde ». Ses coéquipiers acquiescent silencieusement.

« Lorsque j’ai perdu la vue, le cécifoot a été une véritable bouée » admet Yvan Wouandji. L’attaquant explique qu’après avoir perdu la vue à 10 ans, le cécifoot l’a aidé à mieux appréhender son handicap. « Sur le terrain comme dans la vie quotidienne, on appréhende les déplacements, les mouvements et la communication. En jouant, j’ai vraiment l’impression de faire des parallèles constant avec ma vie ». Comme le précise Yvan, la pratique du cécifoot permet ainsi de développer des facultés d’analyse et d’écoute ou encore « d’améliorer le rapport à l’espace ». Tout cela permet aux joueurs de gagner en autonomie et de mieux appréhender les tâches de la vie de tous les jours.

Défenseur loquasse de l’équipe, Vignesh met en avant le côté « émancipateur » du cécifoot. Il souligne « l’importance de rencontrer des personnes qui ont chacun une expérience différente et d’échanger par rapport à cela. Pour l’intégration sociale, c’est important ! ». Yvan renchérit: «

Entre nous, on n’a pas le blocage du handicap ». En effet, tous les joueurs de l’équipe ont un parcours qui leur est propre. À l’image de Tidiane, qui est arrivé en France en 2012 depuis la Mauritanie. Le cécifoot a facilité l’intégration de ce grand gaillard à la « frappe surpuissante ». Soutenu par ses coéquipiers, Tidiane devrait prochainement obtenir ses papiers et sûrement postuler pour une place en équipe de France.

Cette solidarité et cette entraide dépasse le cadre purement sportif. Le cécifoot fédère les membres du club, aussi bien non-valides, que valides. À l’image d’Yvan, Tidiane, Vignesh ou encore Loïc, cette cohésion fait la force de l’AS Saint-Mandé. Une grande famille à la devise sans équivoque : « Le partage est notre but ».

FootFrancilien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *